logo culinaries

Pigeonneau

14,1014,20

Pigeonneau, jeune pigeon élevé de façon artisanale et traditionnelle par Volailes Renault dans la région rennaise. Élevage : 30 jours. Alimentation 100 % végétale avec les céréales de la ferme.
Direct producteurOrigine FranceProduit frais
Logo Chronopost

Description

Pigeonneau de Volailles Renault, prêt à cuire (480 g) ou effilé (520 g)

Volailles Renault

On peut le rôtir, le braiser, l’ouvrir en deux et le griller… Légèrement giboyeux, le pigeonneau aime les marinades et accompagne avec talent tous les légumes de printemps. Un pigeonneau suffit pour deux, mais un gros appétit s’en accommode bien. Sa chair tendre, juteuse et peu grasse exige une cuisson rapide.

Accords met et vins

P rouge, Patrick Bouju
Châteauneuf-du-Pape rouge, domaine des Grandes Serres
I Vicini Barbera rouge, Jean-Yves Péron Jean-Yves Péron

Informations complémentaires

Poids 480 g
Effilé ou Prêt à Cuire

Prêt à Cuire 480 g, Effilé 520 g

Date limite de consommation

6 jours après expédition, 10 jours après expédition

Type de volaille

Autres volailles de fête

2 avis pour Pigeonneau

  1. Anik

    Beaux pigeons, bien préparés. Je suis satisfaite de ce premier achat chez ce producteur.

  2. Jean

    Excellent

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Volailles Renault

En 1976, Paul et Marie-Noëlle Renault s’installent à la ferme de L’Entillière, à l’ouest de Rennes, sur l’ancienne exploitation laitière des parents de Paul : dix-huit hectares où s’ébattent dix sept vaches laitières et des pigeons que Marie-Noëlle vend au marché des Lices, à Rennes. En 1988, Paul retrouve l’histoire de la coucou de Rennes, volaille emblématique du pays rennais depuis un siècle, menacée de disparition. À partir de « six poules et un coq », il décide de remettre la coucou de Rennes dans le circuit marchand et n’hésite pas à envoyer ses volailles aux plus grands chefs français afin de les soumettre à un test à l’aveugle en leur envoyant ses volailles sans étiquette, juste accompagnées d’un message : « Dites-moi ce que c’est. » « C’est le poulet de ma grand-mère ! », répondent à l’unanimité Olivier Roellinger, Jacques Thorel, Pierre Gagnaire, et plus tard Alain Passard, Christophe Aribert, Dominique Crenn… La liste n’est pas close. La race menacée devient volaille de luxe.

Ce qui pourrait également vous intéresser 

chevron-down
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram