La Perle des Dieux

    La Perle des dieux, établie à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, est une marque artisanale de sardines en boîte délicieusement confites, fines et moelleuses.

    Saint-Gilles-Croix-de-Vie

     

    La Perle des dieux est une marque artisanale de sardines en conserve établie à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en Vendée — un exceptionnel merroir à sardines.

     

    En 1887, deux conserveurs nantais, MM. Geay et Desmoulin, installent une conserverie de poissons à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Ils créent alors deux marques de haute qualité, La Perle des océans et Les Dieux. En 1903, cette activité est rachetée par la famille Gendreau, spécialiste de la conserve. Depuis quatre générations, c’est cette famille qui perpétue le savoir-faire ancestral de la confiserie de sardines. Il faut dire qu’à Saint-Gilles, la sardine, on connaît. Les petits poissons bleus pêchés au large de ce port vendéen sont réputés. C’est grâce à elles qu’en 1995, Saint-Gilles-Croix-de-Vie est labellisé « Site remarquable du goût », distinction délivrée par les ministères de l’Environnement, de l’Agriculture, de la Culture et du Tourisme. Elle valide cette tradition sardinière, point de jonction entre le savoir-faire local, la qualité d’un produit et la richesse d’un patrimoine maritime. Saint-Gilles-Croix-de-Vie est le seul Site remarquable du goût pour la sardine. Par ailleurs, la pêche à la sardine y est inscrite à l’inventaire du Patrimoine culturel immatériel de la France.

    C’est en 2005 que Philippe Gendreau crée l’entreprise La Perle des dieux afin de perpétuer un savoir-faire artisanal inchangé depuis 1887 et commercialiser les meilleures sardines et autres conserves de sa production, notamment sous la forme de sardines millésimées qui se bonifient avec le temps. Cette conserverie est reconnue Entreprise du patrimoine vivant, label accordé par le ministère de l’Économie et des Finances pour distinguer les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Cette initiative sera complétée en 2018 par l’ouverture de l’Atelier de la sardine, à Saint-Gilles, au cœur des marais : une ancienne ferme vendéenne abritant un musée, une galerie d’exposition et une boutique.

    Pêchées entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie, l’île d’Yeu, Noirmoutier et l’île de Ré, les sardines sont triées, coupées et minutieusement rangées à la main dans les boîtes, une à une, par des sardinières. Le Label rouge garantit un taux de matière grasse de la sardine supérieur à 8 % et une préparation dans les vingt-quatre heures suivant la pêche. Pour prétendre à ce label, les conserves de sardines doivent être affinées au moins quatre mois avant d’être commercialisées.

    Depuis sa création, la marque tisse un lien étroit avec l’art. Chaque année, depuis 2004, les boîtes de sardines millésimées sont habillées par l’inspiration graphique de deux artistes peintres, Delphine Cossais et Coralie Joulin, dont les tableaux sont également exposés au musée. Ce sont des images ravissantes, vivement colorées, et nous ne saurions trop vous conseiller de les collectionner une fois que vous vous êtes régalés des sardines qu’elles contiennent. À Culinaries, nous n’avons encore rencontré personne qui affirme ne pas aimer les sardines en boîte, mais nous sommes certains que vous adorerez celles-ci, fines, délicieuses, moelleuses, amoureusement confites.