Marcel petite

    Granges-Narboz (Doubs)

    Cinq générations d’une famille dédiée à la longue et riche tradition des fromages comtois. Il suffit de mentionner le nom de Marcel Petite pour évoquer une valeur sûre et un principe de goût : le meilleur est souvent le plus simple.

    Si l’on s’intéresse au comté, on connaît Marcel Petite, inévitablement. C’est un pionnier, le mot n’est pas trop fort : en 1966, il découvre, au cœur d’une forêt du Haut-Doubs, le fort Saint-Antoine, ancienne forteresse militaire désaffectée située à 1 100 mètres d’altitude. Ses galeries voûtées en pierre de taille, protégées par une épaisse couche de terre, offrent des conditions idéales pour un affinage lent des meules de comté. Il s’engage, avant tout le monde, dans la voie de l’agriculture biologique, pratiquée dans cinq des fruitières (coopératives de village) qui alimentent ses caves. Depuis, la maison Petite a conservé cette approche intacte et cet amour de l’authenticité qui inspire le style de ses fromages. Depuis, d’autres caves, à Granges-Narboz, ont été aménagées pour recevoir d’autres meules.

    Le bio, outre ses nombreuses vertus, a celle d’aider à maintenir les petites fruitières de comté sur le territoire de l’AOP en conservant des savoir-faire respectueux de la nature. Évidemment, quand il s’est engagé dans cette approche, cela faisait sourire. Mais il a tenu bon, et le bio, digne héritier d’une filière fromagère ancestrale, est désormais une référence. Les fromages Marcel Petite, sublimés par l’expertise des maîtres de cave, le sont aussi.

    Trente-cinq crus de comté, qui dit mieux ? Il faut y ajouter les autres fromages régionaux : morbier bio AOP, bleu de Gex, mont-d’or… Une gamme d’une remarquable richesse et d’une grande diversité, caractérisée par la finesse et l’intensité du goût, à tous les stades d’affinage.