Cyclic Beer Farm

    Cyclic Beer Farm est le projet de deux amis barcelonais, Alberto et Joshua. Le principe est simple – bières et vins – mais complexe dans son application, car ça fermente tous azimuts et dans toutes les dimensions. Résultats étonnants et détonants, frais et réjouissants.

    Les Cyclic boys ont un petit vélo dans la tête : celui de la fermentation. Un processus naturel qu’ils adorent et appliquent de façon multidimensionnelle, de la bière au vin, du vin à la bière, croisant les procédés, les ingrédients, les aromates. Cela donne une gamme surprenante et bigarrée de bières aux saveurs multiples et de vins de négoce à base de cépages catalans. Tout est bio, bien entendu, avec des goûts qui vont de la douceur subtile et fruitée à la bombe atomique qui vous fera décoller de votre chaise mais ne vous laissera jamais indifférent.

    À plusieurs, on est plus fort, on a plus d’idées et de savoir-faire. Les aventures autour du vin, de la bière et des bons produits peuvent être une affaire de famille, mais elles commencent aussi souvent aussi par une rencontre. Deux amis également passionnés – ou givrés, ça dépend du point de vue –, c’est le binôme idéal pour produire, infuser, brasser et se faire un nom. Alberto et Joshua ont créé Cyclic Beer Farm à Barcelone en 2016 pour se consacrer à la fermentation mixte. Cela veut dire bières, vins, cidres, tout ce qu’on peut fabriquer à partir de fermentations croisées (céréales, raisin, fruits, aromates). Un projet ambitieux, complexe, ludique, bourré de surprises et manifestement euphorisant, comme en témoignent les bouilles réjouies des deux protagonistes sur leur site et le côté festif, joyeux, un peu barré de tout ce qui sort de leurs bouteilles.

    Deux gammes sont réalisées, bières et vins, et à l’intérieur même de la gamme de bières sont incluses d’autres gammes. C’est parce que la règle est l’expérimentation, entraînant une superbe diversité des saveurs. Les bières sont conditionnées en bouteilles de 75 cl (afin qu’on en ait pour sa soif : même si la première gorgée surprend, on tend volontiers le bras pour se faire resservir) et chaque pétage de bouchon est une surprise : Alberto et Joshua avouent faire des bières « sauvages » de fermentation mixte, inspirées de la méthode belge traditionnelle et fondées sur un mélange maison de levures et de bactéries qui s’ajoute aux levures indigènes pour chaque cuvée. À partir de cette base, ils fermentent malt et céréales bio avec des produits locaux — fruits, légumes, herbes — venus de leur ferme familiale ou de toute la Catalogne. Ils vendangent généralement à la main les cépages catalans. Toutes les récoltes sont transportées à leur chai de La Sagrera (Barcelone) où leur démarche artisanale et expérimentale se donne libre cours.

    Les vins, quant à eux, sont de négoce et réalisés par les Cyclic boys à partir de cépages catalans qu’ils vendangent eux-mêmes (le plus souvent) dans des domaines bio de la région. Faisant preuve de moins de fantaisie que les bières, mais réalisés avec le même parti pris de liberté, ils reflètent fidèlement leurs variétés et sont faits pour être bus bien frais. À l’heure où nous écrivons, une petite attente en cave est conseillée pour que leur énergie de cheval fou se calme un peu. Un carafage, de toute façon, s’impose.

    Cyclic Beer Farm s’amuse avec nos repères gustatifs et se plaît à les déplacer, à les travestir, à les balancer cul par-dessus tête pour nous les restituer au tournant, de façon inattendue. Leurs produits vont du familier au carrément martien, jouant tantôt de la fraîcheur, de l’arôme et du fruit, tantôt de la sécheresse et de l’acidité, mais toujours pour un voyage interplanétaire où céréales, raisin, ferments, fruits et gaz carbonique dansent gracieusement en apesanteur comme dans une capsule spatiale, mais la signature du sol n’est jamais loin. Les pieds dans la terre, la tête dans les étoiles, ce numéro de trapèze volant brassicole vous surprendra autant qu’il vous rafraîchira.