banner

Domaine Lindenlaub

À la tête d’un domaine alsacien presque tricentenaire, succédant à son père Jacques, Christophe Lindenlaub réalise de superbes vins d’Alsace entièrement biologiques et, de façon croissante, naturels. Tous les cépages alsaciens classiques sont représentés, croissant sur sol argilo-calcaire sur socle gréseux.
À la tête d’un domaine alsacien presque tricentenaire, succédant à son père Jacques, Christophe Lindenlaub réalise de superbes vins d’Alsace entièrement biologiques et, de façon croissante, naturels. Tous les cépages alsaciens classiques sont représentés, croissant sur sol argilo-calcaire sur socle gréseux.
Où ?
Dorlisheim est un petit village entre Molsheim et Mutzig, à vingt-cinq kilomètres de Strasbourg, sur la route des Vins d’Alsace — la région dite la plus bio de France. C’est là que la famille Lindenlaub cultive la terre depuis 1759, à l’origine en agriculture et en élevage. La viticulture y remonte à deux siècles. Aujourd’hui, la propriété est un domaine viticole dirigé par Christophe Lindenlaub, qui succède à son père Jacque après s’être initié au travail de la vigne au domaine Kientzler, à Ribeauvillé. Dès l’année 1999, il reprend le domaine en main, avec des pratiques saines. C’est tout naturellement que commence, à partir de 2009, la conversion à l’agriculture biologique. La certification AB est obtenue en 2012 ; c’est également l’année où les vignerons père et fils décident de se consacrer aux vins sans intrant, autrement dit nature. L’objectif est de produire des vins de grande qualité dans le respect total de la nature et de l’environnement. C’est ainsi que naîtra d’abord la gamme Ensö, entièrement nature. L’aventure continue avec un développement délibéré vers le vin nature et une tendance à donner aux cuvées du domaine des noms poétiques et imagés, tels que Les Papillons de Mireille, Matin fou ou La Tétine à Kiki.
 
Terroir, parcellaire et encépagement
Le domaine de douze hectares est composé de magnifiques terroirs de cette région d’Alsace, dominés par l’argilo-calcaire sur socle gréseux. Les parcelles s’étendent sur les lieux-dits Stierkopf (plein sud), propice au riesling, au gewurztraminer et au pinot noir, ainsi que Husaren et Rangenberg. Ce dernier lieu-dit donne du corps et de la charpente au riesling. Les sept cépages classiques d’Alsace sont cultivés : riesling, pinot noir, sylvaner, gewurztraminer, pinot gris, auxerrois et muscat. L’argilo-calcaire sur substrat gréseux donne aux raisins une grande profondeur minérale et une belle amplitude aromatique.
 
Méthodes culturales
« Au début est née la terre, notre mère, elle est le fondement de la vie, et pour d’innombrables raisons nous l’oublions. » (Christophe Lindenlaub, qui, lui, ne l’a pas oubliée.) L’intégralité du domaine est en agriculture biologique depuis 2012. L’enherbement des vignes est pratiqué depuis vingt-cinq ans. Le décompactage des sols est réalisé en semant trèfle incarnat, lin annuel, sainfoin, phacélie, tout en encourageant la biodiversité et à travers elle l’expression du terroir dans les vins. La taille est courte pour réguler le rendement et concentrer la matière, donc le goût. Les pieds sont décavaillonnés au début du cycle végétatif et le palissage est aéré à deux reprises. Toutes les vignes sont vendangées à la main.
 
Vinification
Les styles de vinification, toujours en bio, parfois en nature, sont variés : outre les profils classiques de vins tranquilles d’Alsace blancs ou rouges, le domaine Lindenlaub produit des pétillants naturels, des crémants, des vins de macération, des vins doux, des vins oxydatifs. Christophe aime expérimenter de nouvelles méthodes et explorer le travail d’autres vignerons. Petit à petit, il a l’objectif de faire passer l’essentiel de la production en vinification naturelle, sans intrant ni filtration. En 2014, mission accomplie. Pour les vinifications, Christophe préfère la cuve d’acier inoxydable afin de préserver l’expression fraîche et fruitée des raisins.
 
Les vins
Au côté de ses cuvées bio, Christophe Lindenlaub a créé la gamme Ensö, entièrement naturelle. C’est pour lui un retour aux origines, marqué sur les étiquettes par l’ensô, un cercle d’encre de Chine tracé au pinceau, issu de la tradition zen, invitation au calme et à la méditation. Six cuvées, toutes monocépage, exprimant le souhait du vigneron de libérer le vin de toute contrainte, de favoriser son style et sa profondeur, ainsi que le terroir dans le plus parfait respect de la nature. La Cuvée du Chat, celle que nous proposons, est issue d’une collaboration entre Christophe Lindenlaub et la maison de négoce Le Chat botté & Co, qui la fait figurer dans sa série « La Barrique du Chat botté ».
magnifierchevron-downarrow-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram