Ferme de la Tremblaye

    Ferme de la Tremblaye Brie fermier bio 5 1
    Ferme de la Tremblaye Brie fermier bio 5 1

    La Ferme de la Tremblaye élève depuis 1967 vaches et chèvres, en bio certifié et en agroécologie depuis 2020 (conversion débutée en 2016). La qualité de ses fromages, reflets du souci apporté au bio, au terroir et au bien-être animal, parle d’elle-même.

    La ferme de la Tremblaye, proche de la forêt de Rambouillet, est une exploitation agroécologique productrice de fromages bio et fermiers. Leur brie réalisé dans le respect du terroir, de la nature et du bien-être animal, c’est tout autre chose, et nous vous invitons à le découvrir.
     
    Tout le monde aime le brie, fromage de l’est de l’Île-de-France. Avez-vous déjà goûté un brie de l’ouest de l’Île-de-France ? Il est temps d’essayer celui de la Ferme de la Tremblaye, d’autant plus qu’il est bio.
    Depuis 1967, cette ferme d’élevage, située à proximité de la forêt de Rambouillet et propriétaire de 280 hectares de forêt, se spécialise dans la production de fromages fermiers de vache et de chèvre. En 2008, ses éleveurs décident de s’inspirer de l’écosystème de la forêt pour adopter un modèle agroécologique dont ils maîtrisent l’ensemble des étapes, de la culture de fourrage bio à la fabrication des fromages en passant par l’élevage des animaux. La ferme prend en considération la protection et l’entretien des sols et de la forêt, ainsi que la production d’énergie par le recyclage des déchets de l’exploitation agricole. La ferme de la Tremblaye, système intégré, est autonome en énergie et en fourrage depuis 2012.
    En 2016 commence la conversion à l’agriculture biologique, accomplie en 2020. La même année, la ferme obtient le label international B-Corp, accordé aux sociétés commerciales reconnues comme ayant des effets bénéfiques sur le monde, la société et l’environnement.
    La forêt est au cœur de l’approche écologique de La Tremblaye : les 280 hectares que possède la ferme sont gérés durablement par coupes et plantations d’arbres, avec le maintien de l’habitat naturel des animaux sauvages. À l’instar de ces sols forestiers riches en humus, ceux de la ferme ne sont pas travaillés : non labourés, ils sont semés directement et cultivés en rotation, sans pesticide ni engrais de synthèse, et protégés de l’érosion par une couverture naturelle permanente. Toute la nourriture des animaux est cultivée sur place : graminées, légumineuses et céréales anciennes, dans le respect d’une science du végétal qui permet de donner aux sols tout ce dont ils ont besoin.
    Enfin, qui dit agroécologie dit aussi agroforesterie : replantage de haies pour accueillir oiseaux, petits animaux et insectes ; plantation de pommiers rustiques pour ombrager les vaches, laisser butiner les abeilles, prévenir l’érosion des sols et embellir le paysage ; présence de deux cents ruches sur le site pour la pollinisation (et utiliser le miel dans les yaourts). La biomasse recréée par les racines aide à dégrader les polluants présents dans le sol,
    L’animal et son bien-être sont au cœur de l’agroécologie. Afin de limiter les maladies, le choix est fait de races bovines et caprines traditionnelles, rustiques et résistantes, soignées à l’homéopathie et aux huiles essentielles. 150 vaches jersiaises et prim’ Holstein, 350 chèvres alpines chamoisées et murciana granadina produisent des laits de grande qualité, le recours à différentes races permettant aux éleveurs de moduler les taux lipidiques et protéiques. Les bêtes passent le plus clair de leur temps en pâturage, à l’ombre des pommiers, et sont nourries d’herbe verte « à couvert » en cas d’intempéries. La vache jersiaise est mise en avant pour sa rusticité et son lait riche en minéraux, en lipides et en vitamines. Elle est parfaite pour la production de fromages fermiers, comme tout un chacun pourra le constater en goûtant un fromage de la Ferme de la Tremblaye.